choisir pays call center

Quel pays pour un Call Center offshore ?

Les grandes entreprises délocalisent de plus en plus leurs activité téléphoniques vers des calls centers offshore, cette tendance n’est prête de passer.

La motivation est avant tout financière, en plus des exonérations et les avantages fiscaux accordés, le cout de la main d’œuvre reste un facteur déterminant puisqu’il permet des économies de 30 à 40% sur les couts de productions.

Les destinations historiques des calls centers sont les pays du Maghreb : Tunisie, Maroc, Algérie.

Le grand avantages de ces 3 pays réside d’abord dans leurs proximité géographique avec l’Europe (notamment la France : 2 heures d’avions de Paris), mais également dans leurs proximité culturelle (le français est la deuxième langue dans ces trois pays).

D’autres pays émergents concurrencent de plus en plus ces trois destinations qui sont l’ile Maurice et Madagascar et qui permettent une réduction plus drastique des cout qui compense souvent une qualité moindre.

Mais est ce que ces trois destinations se valent ?

Call Center Offshore en Tunisie :

22000 personnes sont employées par le secteur dans plus de 360 centres d’appels Tunisie.

Un taux de chômages élevé chez les diplômés de l’enseignement supérieur fait qu’on trouve facilement de la main d’œuvre qualifiée disponible et trilingue (le français et l’arabe bien sûr, et une troisième langue souvent enseignée au secondaire).

Un téléopérateur en Tunisie touche entre 200 et 250€ net par mois, cela peut monter jusqu’à 500 ou 600 euros pour un cadre.

Call Center Offshore au Maroc :

Le Maroc à eu la part du lion du marché de délocalisation des centres d’appels, 1 centre d’appel offshore sur deux se trouve au Maroc.

Pourtant cette destination est la plus chère, que ce soit en termes de loyers ou de main d’œuvre.

Un opérateur dans un centre d’appel Maroc coute entre 400 et 500€ hors charges sociales et retenues à la source, nettement supérieurs à celle d’un call center Tunisie.

A cela s’ajoute la pénurie de main d’œuvre, qui empêche une révision de ces salaires et qui deviens un sérieux frein pour le secteur.

Centre d’appel Offshore en Ile Maurice :

C’est une destination qui intéresse de plus en plus les grandes entreprises pour monter leur centre d’appel offshore. La main d’œuvre est souriante et chaleureuse, facile à gérer et maitrise assez bien le Français.

L’infrastructure télécom s’améliore et la couverture du pays en fibre optique progresse.

Les salaires sont plus élevés que ceux pratiqués par un call center Tunisie mais restent dans la moyenne de Call Center Offshore, environ 350€ net.

Centre d’appel Offshore à Madagascar :

Madagascar est la destination montante pour avoir sa plateforme Offshore.

Le pays est équipé en fibre optique comme l’ile Maurice. La main d’œuvre est disponible et assez qualifiée.

Les malgaches parlent assez couramment le Français sans beaucoup d’accent comparé aux pays voisins.

Un téléconseiller dans un call center Madagascar touche autour de 200 € net, ce qui le rend compétitif par rapport aux autres destinations.

Conclusion

Pour résumer, La Tunisie et Madagascar semblent être aujourd’hui les meilleures destinations pour monter un centre d’appel Offshore, avec un léger avantage pour la Tunisie pour sa proximité le meilleur accent du français parlé.

Mais beaucoup d’autres critères rentrent en jeux pour le choix de l’emplacement de la plateforme, notamment la fiscalité qu’on va essayer de détailler dans un article à part.

Laisser un commentaire