symbole bloctel

Bloctel, le début du démarchage réfléchi ou la fin de certaines techniques de vente ?

Qu’est-ce que Bloctel ?

C’est un service d’opposition au démarchage téléphonique lancé le 1 er Janvier 2016, mis en place par la loi de consommation dite « loi Hamon » du 17 Mars 2014, il est agréé par l’état à la société Opposetel.  Bloctel remplace Pacitel, ce dernier est fondé sur le droit d’opposition classique de la loi de 1978, mis à disposition des entreprises en Décembre 2011 et fermé le 1 er Janvier 2016.

Pacitel n’assurait pas efficacement la protection du consommateur, vu qu’il n’avait aucune valeur légale. Suite à cette inefficacité, Bloctel a vu le jour sous forme d’un fichier repoussoir, sachant que les numéros inscrits seront repoussés jusqu’au 25 Janvier 2021.

À quoi sert Bloctel ?

C’est un outil qui permet aux consommateurs de se dresser contre le démarchage téléphonique plus précisément auprès des entreprises dont ils ne sont pas clients. C’est une protection gratuite pour le consommateur dont il pourra bénéficier au bout de 30 jours suite à la confirmation de son inscription sur une liste valable 3 ans.

Comment cela fonctionne?

Accordant une inscription gratuite pour le consommateur et payante pour les entreprises, cela signifie que chaque entreprise est obligée de s’inscrire sur Bloctel avant de réaliser une campagne de prospection.

Elle doit déposer son fichier d’appel et le récupérer suite à la suppression de certains numéros de téléphones. Cela doit se faire mensuellement quand une campagne dépasse 30 jours.

Bloctel bénéficie d’une popularité auprès du consommateur, vu qu’il a enregistré un million d’inscrits depuis son installation, le nombre d’inscriptions d’ici la fin de l’année est estimée à 5 millions. Mais ce n’est pas le cas des entreprises pour qui cela reste payant et assez cher, sachant que ceci représente entre 150 euro et 40 milles euro l’action.

Les conséquences et les sanctions :

Chaque entreprise qui ne respecte pas cette procédure sera interdite d’utiliser, de louer ou de vendre un fichier à un autre professionnel, ni d’utiliser un numéro masqué. C’est-à-dire qu’elle ne pourras pas contacter un consommateur directement ou à travers un tiers et ceci s’applique aussi aux commanditaires de sociétés opérant à partir de l’étranger.

Ceux qui ne respectent pas ce processus encourent une amende allant jusqu’à 75 milles euro pour une personne morale et 15 milles euro pour une personne physique.

Les avis divergents et les questions affluent :

La question que se pose le consommateur aujourd’hui est : « Est-ce que Bloctel sera efficace et meilleur que son prédécesseur ? ».

En contrepartie les entreprises se posent beaucoup de questions, entre autre : « Est-ce que Bloctel est entrain de bloquer certaines techniques de vente ? », « Quel impacte aura t-il sur certains secteurs, comme les centres d’appels par exemple ? », « Qu’en est -il des entreprises situées à l’étranger ? » etc…

D’après le CCA International qui a réalisé un bilan de six mois après la mise en place de Bloctel « plus de 2.7 millions de consommateurs ont inscrit 6 millions de numéros et c’est beaucoup comparé aux 2 millions d’inscriptions en deux ans de la liste de Pacitel et 500 entreprises ont transmis plus de 36 milles fichiers à fin d’en supprimer des numéros et plus de 530 millions de numéros ont été retirés ».

Malgré tout cela tous les secteurs ne sont pas concernés, vu qu’il y a des exceptions.

Quelles sont les exceptions de cette nouvelle liste d’opposition ?

Le démarchage est permis du moment que l’appel émis n’a aucun but commercial comme les services publics, les instituts d’études et de sondages, les associations à but non lucratif, les appels émanant de professionnels avec lesquels le consommateur a déjà un contrat en cour comme sa banque ou son opérateur téléphonique, ainsi que les appels de prospection pour les journaux et les magazines.

Qu’en ai-t-il des entreprises situées à l’étranger ?

Concernant le démarchage par une entreprise située à l’étranger comme c’est le cas de certains centres d’appels offshore jusqu’à maintenant la loi « consommation » ne mentionne aucuns détails, si ces entreprises situées hors de l’Union Européenne émettent des appels, c’est les commanditaires qui seront poursuivi.

Donc les entreprises et les grands centres d’appels pourront s’adapter, c’est plutôt les petites sociétés qui pourraient être toucher.

 

Donc Bloctel serait-t-il le début d’un démarchage réfléchi ou la fin de certaines techniques de vente, les années à venir nous le prouveront.

 

Peut-être que cette loi d’opposition aura un contre coup constructif, sachant que cela permettrai de réaliser des économies en évitant d’appeler des consommateurs peu réceptifs et aussi pourquoi pas fournir une meilleure qualité de prestation et ainsi une meilleure image de la société.

En fin de compte, s’obstiner à vouloir contacter des clients contrariés, d’une part cela ne fait que crée un environnement stressant pour les salariés et d’autre part cela est improductif pour les entreprises.

Bloctel serait-t-il le nouveau moyen de relier la télévente à la qualité, même si la qualité à toujours un prix?

Laisser un commentaire